mardi 21 février 2017

Contribuez aussi financièrement à Sahaja Yoga

« Jadis, on demandait aux disciples d’adopter le sanyasa: pas de mariage, pas d'enfants, pas de foyer. Il fallait juste être des sanyasis (célibataires). Donc il fallait un dévouement total envers le gourou, un dévouement total envers le travail.
Mais ce n’est pas ainsi avec Sahaja Yoga.
Parce que, aussi, Je vous ai donné la Réalisation afin que vous puissiez sentir en vous-mêmes ce qui est important. Si quelque chose ne va pas chez vous, alors les vibrations redescendent aussi .

On me rapporte également, disons, dans de nombreux pays, que des gens sont très avares. Ils ne font pas de don pour le travail au jour le jour. Bien sûr, vous n'avez pas à me donner de l’argent, mais vous devez savoir que sans don, nous ne pouvons rien faire, vous ne pouvez même pas acheter une petite chose comme ça, et d'où l’argent doit venir? Bien sûr, dans la mesure du possible, J'ai essayé de compenser (avec mon argent propre), mais aussi vous devez savoir que mon mari est maintenant à la retraite. J'espère donc qu’avec sa retraite, l'ensemble de Sahaja Yoga ne va pas s'effondrer.

Si vous êtes des gens avares, seulement inquiets pour votre argent, que vous voulez jouir de chaque centime que vous dépensez, du moindre argent que vous avez donné, alors Je dois dire que de gens comme cela ne sont pas bien pour Sahaja Yoga, des gens aussi calculateurs que personne ne veut rien débourser. Je veux dire que J'ai vu des gens, même s'ils donnaient une petite bouteille de, disons, de limonade à quelqu'un, voulaient la leur faire payer.
Et là, Je vois que les gens vivent dans de belles maisons, qu'ils ont une bonne famille, qu'ils dépensent de l’argent pour leurs enfants, pour leurs vacances, pour leur éducation, pour tout. Mais envers Sahaja Yoga, ils deviennent très avares. Alors, ils sont encore très conditionnés. »
Shri Mataji Nirmala Devi, discours, Ganapatipule, Inde, 06/01/1990

Photo: En 1990, Sir C.P. est nommé Chevalier de la reine d'Angleterre, commandant de l'ordre le plus distingué de Saint-Michel et Saint-Gabriel (KCMG). C'est une reconnaissance de la Grande-Bretagne pour sa contribution à la navigation mondiale.

Plus sur:https://en.wikipedia.org/wiki/Chandrika_Prasad_Srivastava
Publié par dictionnaire sahaja yoga

dimanche 19 février 2017

Discutez entre vous de Sahaja Yoga

« J'espère que vous méditez tous chaque matin et que vous parlez de Sahaja Yoga, que vous vous rencontrez. Et c'est plus dans le but de se rassembler que nous devrions tous discuter de Sahaja Yoga et découvrir la façon dont on peut s’améliorer. Le matin, Je pensais que nous pourrions maintenant attribuer ce moment aux gens qui aimeraient avoir une sorte de- on appelle cela une sorte de laboratoire d’idées- une conférence. Vous pourriez en avoir une. Bien sûr, après-demain, nous sommes tous très libres- pardon- demain c’est le puja mais après-demain, nous sommes tous libres dans la matinée et aussi la nuit, nous sommes libres. Alors vous pourriez tous discuter et parler de choses et de ce qui s'est produit dans le district de Satara (?). Toutes ces choses peuvent être discutées entre vous et il peut être établi que, entre nous, nous avons une bonne compréhension de ce qu’est Sahaja Yoga.
Beaucoup de gens ne savent pas grand-chose de Sahaja Yoga, surtout les dames. Je pense qu'il leur faut connaître beaucoup de choses. Elles pensent que comme elles pratiquent Sahaja Yoga, elles flottent avec le grand flux. Ce n'est pas la façon de connaître Sahaja Yoga.
Sahaja Yoga, c'est savoir précisément ce qui est là, ce qui n’y est pas. Donc Je dirais que vous pourriez avoir une réunion demain à un moment- pardon- après demain, et vous pourriez discuter de ce qui se passe et de la façon dont cela vous aide, de ce que sont les chakras, de n’importe quel problème, sur n’importe quoi. Nous avons toutes sortes de gens ici. Donc, il ne devrait pas y avoir que du divertissement, mais cela devrait être plus une sorte de session du matin pour apprendre des choses….

L’attention est également très importante, si votre attention n'est pas là- J'ai vu des gens qui restent dehors, qui parlent aux autres, qui font ceci, cela; entre les pauses musicales du programme, ils se lèvent et s'en vont. Quand il y a un artiste assis sur scène, vous ne devez pas vous en aller comme ça. C'est une insulte envers l'artiste. Moi, Je reste assise pendant des heures. Et si Je suis censée être votre gourou, vous devez au moins apprendre cela de moi: comment respecter et quand respecter les gens. J'ai vu beaucoup de gens se lever, marcher, dormir, ceci, cela. Si vous êtes de ce genre, alors vous devriez vous asseoir dans un coin et disparaître. Personne ne devrait aller et venir par ici de cette façon. Ce n'est pas correct. Il faudrait- si vous allez à l’église, l’église qui est basée sur le mensonge, faites-vous ainsi? Alors qu’ici c’est l'église de la vérité. Et la façon dont les gens prennent les choses sans discipline paraît vraiment bizarre. Les gens commencent à marcher de long en large, à s’asseoir, comme ils veulent. Il n'y aucune sagacité chez eux, tout simplement.

Vous devez savoir que quand il y a de la musique, J'essaie de propager des vibrations à travers elle. Mais certains perdent les vibrations, certains s’en vont marcher. Ce n'est pas être un Sahaja Yogi. Vous devez être spartiates et intelligents. Par exemple, prenez un saint, voyez-vous, observez les saints ancestraux que nous avons eu (en Inde), leurs disciples restaient assis devant eux des heures durant. Bien sûr, Je ne dis pas que vous deviez rester assis pendant des heures. Mais si Je suis assise ici, il ne vous incombe pas de vous comporter comme un chien qui irait vagabonder sans savoir ce qu’il fait.
Nous sommes tous des êtres humains et il n'y a pas aucun raisonnement derrière ce comportement. Je ne comprends pas. Et il n'y a aucune explication à avoir, c'est le comportement qui en lui-même est mauvais.
Maintenant, quiconque a des enfants et tout le reste devrait s'asseoir de l'autre côté. Je ne voudrais pas que vous transportiez vos enfants ici et là quand un programme musical est en cours. Nous devons montrer au moins ce degré de discipline.
Donc, le programme d'hier tenait un peu de la farce, peut-être parce que certaines personnes se sont vraiment comportées d'une manière qu'elles n'auraient pas dû avoir. Toutes ces personnes qui veulent s’en aller comme ça devraient attendre, car entre les programmes, nous vous donnerons un certain intervalle dans lequel vous pourrez sortir. Ayons donc une société, une véritable collectivité magnifiquement constituée qui montre que nous sommes des gens vraiment pleins de bontés.

Nous avons une aisance, une faculté d’ajustement, de compréhension, nous faisons tout de manière à avoir de la dignité. Or, aussi, certaines personnes ont la mauvaise habitude de lever leur Kundalini durant le programme, soudain de faire un bandhan, de se faire un bandhan ou d’en donner aux autres. C'est absurde! Juste quand Je suis présente!
Vous n’y êtes pas obligés. Il suffit de désirer, essayez simplement de développer votre pouvoir du désir et de tout simplement désirer les choses. Si vous désirez quelque chose, cela fonctionnera. Je veux dire que c’est ainsi que J’agis et vous devriez apprendre ce tour, comment désirer. Mais le désir doit être un désir pur. Ensuite la Kundalini trouve une solution. »
Shri Mataji Nirmala Devi, discours, Ganapatipule, Inde, 06/01/1990
Publié par dictionnaire sahaja yoga

samedi 18 février 2017

Le mariage se fait d'abord dans les cieux

« Donc Je vous remercie beaucoup pour les souhaits en ce jour (d’anniversaire de mon mariage). C'était un lundi de Pâques quand Je me suis mariée ce jour-là, et mon baptême a aussi eu lieu un lundi de Pâques. Mais vous savez que notre lundi de Pâques change toujours selon le lundi qui vient.
Cela a été une grande aventure pour moi de me marier. Rires
En fait, Je n'en avais pas du tout besoin, mais comme vous le savez, en Inde, ils n'épargnent aucune fille pour le mariage! Et ils ont été sur mon dos depuis environ mes dix-huit ans. D’une façon ou d’une autre, J’ai réussi à me débrouiller.
Mais alors que J'étais à la faculté de médecine de Lahore, tout à coup des troubles d'une nature très sérieuse ont éclatés. Et je suis revenue sans avoir aucune possibilité de retour. Ensuite, tout était planifié, Je pense que le Divin a planifié mon mariage, parce que J’ai du les accepter (mon mari et sa famille). Et comme mon mari était là, il avait aussi beaucoup de propositions. Sa famille et lui ont choisi celle-ci, et J’ai été mariée. D'une manière arrangée, parce que Je ne lui avais jamais parlé, il ne m'avait pas parlé, mais il m'avait déjà vu une fois.

Donc, pour moi, c'était bien parce que tout le monde dans ma famille s’était tellement inquiété tout le temps au sujet de mon mariage. Mais tout au long, Je crois que Je me suis bien occupée des membres de la famille de mon mari, bien qu'il n'ait pas eu de famille proche. Il n'avait qu'une sœur dont le petit-fils est Vinay. Et tout le reste de la famille, tous les membres, Je m’en suis vraiment occupée. Et mon mari faisait le compte ; il disait: Tu t’es occupée de trente-cinq neveux, pour seulement les neveux et combien de nièces et combien d’autres. Parce que c'est la nature de la compassion, voyez-vous, qui fait que toute l’inquiétude allait pour ces gens.

La famille de ma mère était toujours bien nantie. Ils n'avaient besoin d'aucune aide. Mais ces personnes avaient été de grands propriétaires, auparavant, les membres de la famille de mon mari, et tout à coup cela leur avait été enlevé, toutes leurs terres domaniales leur avait été enlevées soudainement. Et ils étaient absolument perdus, leurs enfants étaient perdus, vous voyez, parce qu'ils étaient habitués à de tellement de luxe, à ceci, à cela. Et ils avaient de l'argent, de l'or, tout. Et dès qu'ils ont perdu leurs terres, ils se sont perdus. Seuls cinquante acres par famille étaient autorisées. Ils ont donc été obligés de vendre toute leur argenterie et tout le reste, et ils ont dû s’adapter alors à un niveau de vie beaucoup plus pauvre. Nous avons tous vécu la situation dans son entier comme un grand choc. Et il n’y avait que mon mari qui était bien placé dans la vie, parce qu'il ne s’était jamais préoccupé de ses terres et du reste. Il était donc bien placé, il était au gouvernement.

J'ai donc assumé la responsabilité de toutes ces personnes et J'ai essayé de les aider dans leur éducation, dans leur recherche d'un emploi et dans ce genre de choses. Tout a fonctionné, et ils sont très aisés maintenant. »
Shri Mataji Nirmala Devi, discours d'adieu à Burwood, Sydney, Australie, 07/03/1994

Shri Mataji fait allusion à la Partition de l’Inde, c’est à dire la séparation du sous-continent en deux pays, le Pakistan et l’Inde, qui a fait beaucoup de victimes et de morts.
Shri Mataji et Sir C.P. se sont fiancés le 18 février 1947 et se sont mariés le 7 avril 1947. Sir C.P. était le meilleur ami du grand frère de Shri Mataji et il l'avait croisée chez elle un jour, sans lui avoir parlé. Mais il était très impressionné par la famille Salve qui avait un long et profond engagement politique.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

vendredi 17 février 2017

Ne faites pas bande à part

« Les Anglais doivent faire bande à part. Et les Anglais ont la plus mauvaise habitude, c’est qu’il faut qu’ils forment un groupe. C'est leur style, de faire bande à part. Voilà tout, c'est notre conditionnement. Vous voyez pourquoi Je vous dis que Sahaja Yoga ne va pas tirer un bénéfice de vous, mais c’est vous devez en bénéficier. Alors tous ces petits et petits conditionnements que vous avez, jugez simplement par vous -mêmes: "Faisons-nous comme ça?"; faisons-nous bande à part? "Suis-je assis à côté d'un Suisse?" "Suis-je assis à côté d'un Indien?" Fuyez cette situation. Et puis peut-être que vous pensez pouvoir parler dans la même langue ou autre chose. Non, asseyons-nous (parmi d'autres). Je veux dire que les gens de Delhi vont s'asseoir ensemble, les gens de Bombay s’assoiront ensemble. Puis vous leur demandez: "Connaissez-vous cette dame?" "Non, qui est-ce?" "Je veux dire qu’elle était là." "Non, je ne l'ai jamais rencontrée." Car personne ne veut rencontrer les autres, personne ne veut parler, personne ne veut faire (d’effort).

Et il faut bien comprendre que Ganapatipule est un lieu de pèlerinage. Il n'y a pas de mode à afficher. Et on ne devrait pas s’afficher avec des vêtements à la mode et des robes à la mode. Soyez humbles à ce sujet. Vous voyez parfois, Je suis vraiment choquée de la façon dont les gens s’habillent. C’est très bien pour les pujas et tout ça, vous pouvez venir ainsi. Mais la façon dont les gens sont habillés parfois est surprenante. Vous venez ici, pour quoi? Pour votre méditation. Alors portez des vêtements plus simples, ayez une attitude plus simple, avec un état d’esprit plus simple.

Aujourd'hui, Je dois vous dire, parce que J'ai remarqué certaines choses, que vous n’avez pas compris. Nous sommes ici pour notre ascension. Nous avons parcouru tout le chemin. Un pèlerinage, c’est pour votre ascension et pour rien d'autre. Nous ne sommes ici que pour notre évolution, pour la joie, pour nous ouvrir. Et c'est ce qu’il faut se rappeler. Je suis votre Mère, Je dois vous dire la vérité parce que c'est pour votre bienveillance que Je veux que vous deveniez tous les grandes fondations de Sahaja Yoga qui est train d’émanciper le monde entier.

De plus, si quelqu’un est malade, il n’a pas besoin de venir à moi. Vous pouvez soigner cette personne vous-même, vous pouvez la soigner vous-mêmes. Cette personne qui est une âme Réalisée, peut se soigner elle-même, ou vous pouvez la soigner. Quel est le besoin de m'amener tout le monde? Ceci est malade, cela est malade, il y a ceci. Pas besoin. Entre vous, simplement, vous pouvez faire toutes ces choses et Je pense que les médecins et tous ces gens peuvent aussi avoir une petite conférence ensemble et quiconque ayant des problèmes peut venir leur dire ce qu’est son problème. Et cela peut être fait.
Mais il n'est pas non plus nécessaire d'avoir des médecins. Nous avons des gens ici, ce sont des gens très simples, qui peuvent beaucoup vous aider. Alors, entre vous, vous devriez vous entraider et apprendre comment le faire: comment lever la Kundalini, comment l'attacher, comment nettoyer les chakras, voir ce qui ne va pas chez vous.

L'attention devrait se porter sur comment je vais y arriver. Mais l'attention n'est pas aussi élevée. Je vous demande donc, aujourd'hui, de bien vouloir porter toute votre attention sur le programme musical et d’en profiter. Et essayer vraiment de développer cette sensibilité à la réjouissance. C'est juste que vous vous accrochez à quelque chose qui ne va pas vous emmener vers l'océan de joie. D'accord? »
Shri Mataji Nirmala Devi, discours, Ganapatipule, Inde, 06/01/1990
Publié par dictionnaire sahaja yoga

jeudi 16 février 2017

Trouvez ce que vous pouvez faire

« C’est une époque très spéciale où la lumière est partout, la nature est totalement avec vous. Vous pouvez voir comment la nature agit, comment elle essaye de vous aider et de vous soutenir, et comment elle désire s’occuper de tout pour vous. Il faut simplement comprendre et ressentir que vous êtes quelque chose de très spécial et que toute l’aide est à votre disposition, pour chacun de vous. Ce n’est pas simplement pour une personne, pour deux personnes, pour dix personnes, c’est pour l’ensemble, comme si l’océan tout entier était là pour vous aider, pour vous aider à surnager afin d’en sauver beaucoup. Vous n’avez pas vu d'océan avec une telle profondeur, dont chaque vague essaie de vous sauver, de vous faire flotter dans le royaume de la joie.

Tout cela vous est arrivé parce qu’il y a un objectif. Ce n’est pas simplement parce que vous avez accompli de bonnes actions antérieures (poorva punyas) et tout cela. Beaucoup de gens disent qu’ils ont reçu cela suite à leurs vies antérieures. C’est vrai. C’est peut être la raison, mais le résultat c’est que maintenant vous êtes capables de donner la Réalisation aux gens, et c’est ce que vous devez faire.

Vous avez parcouru tout ce chemin dans cette contrée sauvage. Ce n’est que de cette contrée sauvage que vous vous élèverez et que vous bénirez tous les peuples du monde. L’Amérique surtout devrait être bénie encore et encore car c’est le Virata, c’est la terre de Shri Krishna, et parce que les gens essayeront toujours de vous suivre, de vous copier. Les choses s’amélioreront si vous recevez, disons, les bienfaits des nombreux lotus que vous avez en vous, c’est sûr. Mais, et si vous agissiez? Et si vous faisiez quelque chose pour cela ? Voilà ce qui est important.

Or, la seule chose à faire pour vous-mêmes, c’est de découvrir vos propres activités, quelles sont celles qui vous avez faites. Vous devez trouver ce que vous avez fait et ce que vous pouvez faire.
Quand vous méditez, pensez à vous-mêmes, à quel point vous avez évolué, à ce que vous avez fait, à ce que vous avez donné aux autres. Quoi que vous possédiez, si vous ne le distribuez pas aux autres, cela ne progressera pas. C’est l'action de la loi fondamentale.
J’ai vu des gens qui sont des âmes Réalisées, qui sont très bien, qui savent tout de Sahaja Yoga mais à qui il manque encore cette confiance en eux, dirais-Je, ou cette profondeur. Tout cela n’est possible que si vous vous mettez à créer de nouveaux Sahaja Yogis, et plus de Sahaja Yogis- pas pour la popularité mais pour leur bien et le bien de l’ensemble. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Adi Shakti Puja, Canajoharie, USA, 20/06/1999
Publié par dictionnaire sahaja yoga

mercredi 15 février 2017

Qu'est-ce que la sagesse?

« Un jour, Je vous parlerai de la sagesse. Mais c'est tout simplement du bon sens, très doux, si beau: c'est savoir quand dire quoi, comment changer de sujet, où être davantage affirmatif, quand gérer une situation d'une manière forte. C’est savoir quand être un gentleman et quand être grincheux, quand crier et quand être calme, humble et doux. Tous ces jugements, vous voyez, c'est tout cela la sagesse. C'est un centre de gravité, et pour l’atteindre, il faut renoncer à son comportement extrême. L’obstination est la première chose à abandonner. Pour avoir la sagesse, abandonnez l'obstination.

Avoir un fils comme Christ est une si grande bénédiction. Je veux dire, vous êtes si confiants que vous ressentez l’adara (le respect), une relation totale, aucun problème d'aucune sorte, Avoir un fils comme lui, complètement obéissant, absolument, une obéissance et une humilité à 100%, et une compréhension totale de votre être. Sans problèmes...
"Je suis fâché," Jamais, ce mot n'existe pas dans le dictionnaire des sages. Vous n'êtes jamais - comment pouvez-vous être chamboulés quand vous avez été établis une fois pour toute? Ce mot doit disparaître du dictionnaire de beaucoup de Sahaja Yogis qui l'utilisent, comme "difficultés" et "énervements". Résolvez les problèmes, offrez les solutions.
Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions.
C'est la façon dont un fils devrait se comporter envers sa mère, qu'elle puisse totalement compter sur lui, sans aucun problème, rien. Je veux dire qu’avec un fils né en tant que Christ, de quoi peut-on s’inquiéter?

Même le seul mot qu'il a dit (sur la croix): "Voici la Mère" est un mantra, c’est le plus grand mantra que J'utilise. Lorsque votre attention va ici et là, Je dis simplement ce mantra pour vous, comme un commandement très humble, très confiant: "Voici".
"Voici" ne signifie pas "regarde", non. C'est une façon très humble de s'adresser à quelqu’un. "Voici", c'est quelque chose de glorieux, quelque chose de grand.
"Voici", c’est "vois-le", "accepte-le", "comprend-le".
C'était une telle compréhension mutuelle de ce qu’est le soutien et l'amour qui devraient exister entre nous. Pas de secret, pas de formalités, pas d'exclusivité. Aucune exclusivité, toutes les réjouissances doivent se faire ensemble. Maintenant, toutes vos idées d'avoir des réjouissances divisées doivent être abandonnés, pour changer. Les jours fériés, c’est quand vous êtes en compagnie des Sahaja Yogis, plus de vacances. Il faut abandonner toutes ces choses. Tout cela va contre le comportement du Christ. Il n'a jamais pris de vacances, jamais. C'est un jour férié: le mot "holiday" vient des mots "saint" et "jour". Chaque jour qui passe, chaque minute qui passe en compagnie du Christ est un jour saint.
Donc, il a fallu que le Christ descende jusqu’à l'Esprit et l'Esprit aux esprits, des esprits à autres choses. J’en suis sûre. Je veux dire que les êtres humains sont très forts pour dévier du droit chemin, vous voyez, et sauter directement dans le fossé. Donc, il a fallu faire les choses si doucement, magnifiquement. Voilà ce qu'est la sagesse; de la sagesse, tout le temps de la sagesse.
Le sage n'est jamais rusé, jamais tranchant. C'est quelque chose que Je ne peux pas décrire non plus. Et qui est le plus sage de tous?
C’est Shri Ganesha qui est l'incarnation de la sagesse. Demandez-lui la sagesse. Il vous donne la sagesse pour accomplir quoi que ce soit, demandez-lui la sagesse. »
Shri Mataji Nirmala Devi, puja de Noël, Chelsham Road, Londres, 25/12/1981

Un jour férié est à l'origine un jour qui glorifie un saint chrétien en particulier, ou un événement de la religion catholique. C'est le même sens que le mot "holi-day" en anglais. Puis se sont rajoutées les fêtes nationales comme le 14 juillet, le 8 mai, pour commémorer des événements patriotiques.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

mardi 14 février 2017

Soyez les canaux de la paix

« Aujourd'hui, Je pense juste à combien de Noël que Je dois avoir passé sans avoir jamais autant parlé du Christ avec une telle intimité. C’est une telle relation, une telle relation si proche et si lointaine, parce qu'il savait qui J'étais. Cette sidération mêlée d’admiration, ce respect, cette humilité, sont difficiles à trouver chez un disciple, même chez un disciple très proche qui serait votre propre fils, c’est une compréhension totale.
Cette unité doit être développée. Nous la développons tous petit à petit, Je sais, mais notre époque est celle de la vitesse et nous devons accélérer un peu plus le mouvement dans la bonne direction.
Alors maintenant, comme vous le désiriez, nous avons un Noël tout blanc.
Shri Mataji sourit. Rires.
Alors comme votre désir: "purifiez-moi et je serai plus blanc que la neige" a été exhaussé, pensez à toutes les belles choses que nous avons faites ensemble et à celles que nous allons faire ensemble plus tard: c'est ainsi que vous résolvez votre problème passé et futur. Et le Christ est venu sur terre pour rallonger votre présent. Ainsi, vous devez vous occuper du Christ qui est le présent couronné, qui aujourd'hui, est né en vous. Ce n'est pas le Christ de la Bible, mais c’est le Christ de votre cœur, celui qui est né en vous, dont vous devez vous occuper.
La Bible est tellement symbolique que cela prendra des années et des années pour que les gens la comprennent, c'est trop symbolique. Mais, au moins, vous pouvez la comprendre, mais les autres ne le peuvent pas, car il faut la comprendre au moyen de l’Esprit seulement, c'est-à-dire, lorsque le Christ est né en vous, celui dont vous devez vous occuper. Mettez-le au sein d’un cœur très doux, si vous avez des piques. C’est un être collectif, si vous affectez la collectivité, alors il en est affecté, prenez soin de lui. On dit "Joyeux Noël", c’est le plaisir d’avoir la joie. La joie vient de la paix, la lumière de la joie, le bonheur.

Je souhaite que le monde entier soit en paix. Je souhaite que la nation toute entière comprenne qu’il faut renoncer à tous les efforts, à toutes les fausses batailles, pour l'argent et pour le pouvoir, à toutes les mauvaises idées de différences entre les uns et les autres et que les gens viennent sous la bannière de Sahaja Yoga et entrent dans le Royaume de Dieu, où ils y sont invités avec respect et amour.

Je souhaite la paix à tous, à tous les pays, à tous les êtres humains, dans leur famille, dans leur cœur, avec leurs enfants. Que la paix soit avec chacun d’entre eux, que leur cœur émette de la paix, que leur langue parle paisiblement, que leurs yeux ne voient que la paix.
Tout cela doit changer, un changement énorme doit se produire, l'univers entier doit prendre un tournant différent. Tout ce qui est haineux, détestable, laid doit disparaître, et la paix doit prévaloir, pas la paix des morts mais la paix des vivants, qui doit provenir des sages.
Je vous bénis tous pour être les canaux de cette paix, pour être de beaux canaux de cette paix, d'être les canaux glorieux de cette paix, d'être les enfants formidables de votre Mère qui est si fière de vous.
Que Dieu vous bénisse. »
Shri Mataji Nirmala Devi, puja de Noël, Chelsham Road, Londres, 25/12/1981
Publié par dictionnaire sahaja yoga

vendredi 10 février 2017

Quand mettre la main gauche sur le sol?

Shri Mataji: Vous avez suivi certains gourous?
Chercheur: Oui.
Shri Mataji: Lequel?
Chercheur: Aucun en particulier.
Shri Mataji: Hum?
Chercheur: Aucun en particulier.
Shri Mataji: Tous.
Chercheur: Non, je suis juste allé ici et là.
Shri Mataji: Vous êtes un chercheur. D'accord, ça n'a pas d'importance. Donc, pour vous le mieux c’est tout d'abord, de mettre cette main en bas, là. Et vous devez dire: "Mère, je suis mon propre gourou."
Est-ce qu’elle a une brise fraîche sur la tête?
Sahaja Yogi: C’est frais.
Shri Mataji: Ici, venez juste travailler sur lui. C’est un cas difficile ...
Est-ce frais sur sa tête?
Sahaja Yogi: Oui.
Shri Mataji: Tout va bien. Vous sentez-vous bien, mon enfant?
Sahaja Yogi: Mettez votre main gauche vers Mère, et votre main droite. Dites-lui ce que vous ressentez.
Shri Mataji: Donnez-lui un bandhan (au Yogi indien qui travaille sur le nouveau).
Sahaja Yogi: Nous faisons cela pour protéger les-
Shri Mataji s’exprime en hindi ou marathi.
Shri Mataji: Voyez, ses mains tremblent sur la droite.

Shri Mataji s’exprime en hindi ou marathi.
Sahaja Yogi: Elles tremblent toujours.
Shri Mataji: Elles tremblent. Shri Mataji s’exprime en hindi ou marathi et le Yogi indien s’en va.
Sahaja Yogi: Quelqu'un d'autre devrait venir ici.
Shri Mataji: Je vais vous dire ce qu’il faut faire.
Donc, si votre main droite tremble devant la photo. Vous voyez, il y a tant de permutations et de combinaisons, mais Je vais vous parler de quelques-unes des principales. Si la main droite tremble, cela signifie tout d'abord que vous travaillez très dur, que vous pensez trop à l'avenir, que vous utilisez trop votre énergie du côté droit, ce que Je vais vous montrer.
Dans ces circonstances, vous devez mettre votre main droite vers la photographie ou vers moi maintenant et mettre votre main gauche - si votre main droite tremble. Est-ce qu'elle tremble maintenant? Voyez par vous-même.
Sahaja Yogi: Devant la photo, si votre main droite tremble, vous mettez votre main droite vers Mère-
Shri Mataji: Et l'autre sur la Terre Mère!
Sahaja Yogi: Si votre main droite est chaude ou tremble, mettez votre main droite vers Mère et votre main gauche sur la terre. C’est juste pour ces personnes seulement.
Chaud ou plus chaud sur la gauche ou tremblante.
Shri Mataji: Cœur centre.
Sahaja Yogi: Mettez-la vers Mère et l'autre main sur la terre.
Shri Mataji: Vous avez de l'asthme?
Sahaja Yogi: Ce que vous faites c’est que vous agissez comme un émetteur ou une batterie, et vous rafraîchissez.
Shri Mataji: Maintenant, est-ce qu’il va bien?
Sahaja Yogi: Est-ce qu’il est frais?
Shri Mataji: Maintenant, dites en vous-même: "Mère, je suis mon propre professeur", "Je suis mon propre gourou" Nous n'avons pas à rechercher de gourous. Est-ce que quelqu'un a la main droite qui tremble? Voyez donc.
Asseyez-vous.
Sahaja Yogi: Vérifiez maintenant, que chacun vérifie pour voir comment est sa main droite.
Shri Mataji s’exprime en hindi ou marathi.
Sahaja Yogi: Travaillez là-dessus. C'est un peu bloqué, c’est vraiment chaud ici, Mère, quand elle se sent-
Shri Mataji: D'accord? Appuyez fermement.
Sahaja Yogi: Elle ressent une forte chaleur.
Shri Mataji: Appuyez fermement.
Il a dû prendre de la drogue aussi, car il y a (un problème) de Nabhi gauche.
Avez-vous pris de la drogue?
Chercheur: Pas tellement.
Shri Mataji: Mais vous l'avez fait parfois. Parce que vous voyez, tout a un effet.
Shri Mataji Nirmala Devi, atelier vibratoire au parc d’Adelaide, Australie, 05/03/1983

Ici, il y a deux personnes sur lesquelles Shri Mataji et les Sahaja Yogis travaillent, une femme et un homme.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

jeudi 9 février 2017

L'œuvre de Dieu est l'œuvre de la nature

« On ne peut pas comprendre cette chose par la science. Cette chose se trouve en nous-mêmes et tout ce qui est connu dans le monde, tout savoir que vous trouverez dans les livres, sont tous appréhendés de l'intérieur. Rien n'est connu par l'extérieur.

Un très grand scientifique comme Einstein a aussi parlé comme suit: "j’ai beaucoup cherché et j’en suis devenu fatigué de chercher. Je ne pouvais pas comprendre ce qu'était cette théorie de la relativité". Après s'être lassé, il a dit: "allez je laisse tomber" et il a quitté le laboratoire. Il s’est rendu dans un jardin et a commencé à jouer avec des bulles de savon. Il a écrit en anglais que "tout en jouant avec les bulles de savon, soudain, comme si venue de nulle part, la théorie de la relativité s'est révélée à moi. De quelque part, cette lumière est venue à moi". De quel endroit inconnu s’agit-il? Si on le découvre, s’il nous arrive de vivre la même chose, que l'invisible devienne visible, alors tout homme avec un esprit scientifique devrait garder les yeux ouverts.
A quoi sert la science? La science sert à la rédemption des êtres humains, pour améliorer leur vie, leur bien-être, non pour leur destruction. Et si la science est faite pour cette raison, alors ce qu’est-ce qui peut être supérieur à ce qui vous introduit à vous-mêmes ?

Vous pensez, que vous m'écoutez tous et que si Je vous dis une petite chose comme: "Posez votre attention sur vous-même", alors personne ne peut le faire. Il y a beaucoup de grands pandits qui donneront des cours aux autres, qui donneront beaucoup de conférences. Mais si Je leur dis: "Mon frère, regardez- vous et voyez où vous êtes assis?" Alors vous direz: "Comment est-ce possible? Comment se regarder soi-même? Personne ne peut se regarder soi-même". On peut regarder les autres, mais pas soi-même. Et porter ce regard sur soi-même, c'est cela Sahaja Yoga!

Dès que nous nous connaissons nous-mêmes, nous connaissons cette source par laquelle l'univers entier a été créé. Tout comme il y a petites pierres précieuses dans un collier, vous êtes de la même façon de petites pierres précieuses. Puisque votre attention est différente, pourquoi vous pensez que vous êtes différents ? Quand votre attention sera dirigée vers cette source qui coule en chacun, vous serez capables de connaître la source des autres aussi.
C'est ce qui se produit avec Sahaja Yoga. Sahaja - le sens de "sah", c’est "avec" et "ja" signifie "né", c’est le Yoga qui est inné. En d'autres termes, l'instrument par lequel on va être unis à cette Puissance, qui naît avec vous, est spontanément conservé en vous. Pour cela, vous n'avez rien à faire. Que faut-il faire pour cela? Que faites-vous pour tout ce qui est vivant?
Supposons que vous vouliez obtenir un arbre à partir d’une graine, alors, allez vous vous tenir sur la tête ou devenir "sanyasi" (renoncer au monde)? Ou faire que la graine devienne "sanyasi"? Ou faire quelque chose pour faire germer la graine? Vous ne faites tout simplement rien (que laisser la graine germer)...

L'œuvre de Dieu est l'œuvre de la nature: l’œuvre de la nature se fait automatiquement, la graine germe automatiquement, il n’y a rien à y faire, c’est pourquoi nous n’y pouvons rien, cela se fait automatiquement de l'intérieur.
Mais le travail le plus difficile pour un être humain c’est quand il est censé ne rien faire! Ainsi, l’emprisonner devient le plus grand enseignement pour lui. En fin de compte, ce serait une bénédiction pour moi si J’étais emprisonnée. Si vous êtes emprisonnés, alors ce sera une vraie prison pour vous car vous ne sauriez pas quoi faire, alors que pour moi, ce serait une joie d’être là sans rien faire. Nous nous fuyons nous-mêmes, nous ne sommes pas capables de nous recueillir en nous-mêmes, même pour une minute. Si nous devons rester assis pendant 10 minutes avec nous-mêmes alors cela nous ennuie, nous pensons à aller au cinéma! Si un être humain est invité à se recueillir en lui-même pendant 5 minutes alors il ne tient pas en place...
Sahaja Yoga est la méthode de la nature de Dieu qui vous relie à la Puissance éternelle (ananya). Il l'a fait, et c’est ce que les êtres humains doivent atteindre. Le jour où un être humain se rendra compte que c'est ce qui doit être réalisé, il connaîtra la raison pour laquelle Dieu nous a créés. »
Shri Mataji Nirmala Devi, programme public, traduit de l’hindi, Nagpur, Maharastra, 1973
Publié par dictionnaire sahaja yoga

mercredi 8 février 2017

Lorsque Nirmala cherchait

« Il y a longtemps, de nombreuses occasions se sont spontanément présentées à moi où J'ai eu à donner des conférences devant un large public, c’est à dire devant des milliers de personnes. Il y a eu un incident en 1930 au moment où Gandhiji faisait un jeûne.
Mon père était aussi un bon orateur, vous devez en avoir entendu parler. Mais il devait quitter la maison à cause d'un travail important. Alors tout le monde a commencé à dire: Monsieur Salve, si vous ne voulez pas donner de conférence alors toutes les personnes vont se mettre à courir. Comment faire? Il a répondu: "Mon frère, je pars, tout simplement. Voici ma fille et je la laisse en tant que garantie: je pars et quand je reviendrai je donnerai un discours."
Mais il était très tard et il n'est pas revenu. Tout le monde a dit: "Il n'est pas encore revenu et a laissé sa fille comme garantie. Maintenant, que va-t-il se passer? Qui va faire le discours? Et il y a des gens de Chitnis Park, s'ils se mettent en colère, ils vont se mettre à jeter des pierres."
Un monsieur assis là, a proposé: "Pourquoi ne pas demander à sa fille de prononcer un discours?" Alors on m'a demandé de le faire. J’ai dit que J’allais le donner.
A ce moment-là, Je n'avais que 7 ans. S'il y a des gens de cette époque, ils doivent se rappeler que J'ai donné un discours d’15 à 20 minutes. J'ai raconté l'histoire du mariage des poupées (gudda-guddi). Maintenant, Je pense, après tant d'années, Je viens avec un nouveau sujet parmi ma propre famille, mes propres frères et sœurs. Un peu de vieux souvenirs me reviennent aussi.
Depuis l’enfance, ce que Je connaissais le mieux, Je n’ai jamais eu la chance de pouvoir en parler. La raison c’est que quelqu’un qui est né au dixième étage d’un immeuble, qui connaît les choses du dixième étage, que peut-il dire à ceux qui sont au premier étage? Même s'il dit quelque chose, personne ne le croira.
Dès ma tendre enfance, J'en ai parlé avec mes parents, surtout avec mon père avec lequel nous discutions beaucoup de religion. Mais J’ai constaté que lui aussi pensait que cette connaissance ne pouvait se partager avec personne.
Par exemple, M. Barin, qui est un avocat local, m'a beaucoup enseigné durant l’enfance. Lui aussi me connaît très bien ainsi que mes frères et sœurs et beaucoup de gens ici qui étaient en relation avec mon père. Je considérais qu'aune de ces personnes ne pouvaient pas comprendre mon point de vue. Ce n'était donc pas le bon moment pour discuter de ces choses. Au minimum, ces personnes devraient atteindre le premier étage – le cinquième étage, ensuite, un peu de mes discours pouvaient pénétrer leur esprit. Parler de ces choses soudainement aurait amené les gens à penser que cette personne était folle de parler ainsi et à se demander quel bénéfice ils auraient bien pu en tirer.
J'étais moi-même trop impliquée dans la même recherche pour découvrir quel étaient les problèmes des êtres humains et comment il fallait les résoudre.
Vous serez surpris d’apprendre que J'avais l’habitude de beaucoup méditer depuis l'enfance. Et lorsque nous vivions à Mount Road, aussi, J'ai entendu dire qu’un beau jardin avait été construit (un jardin Zen) et qu’un temple à Marie avait été installé. J'avais l’habitude de m’y rendre et Je méditais pendant des heures à ce sujet. Je pensais que l'être humain est dans la confusion, qu’il a un problème. Il n'y a qu'un seul problème, et c’est normal, car Dieu a fait cet Univers entier et a créé cette lila (le jeu divin): pourquoi?
C’est comme lorsqu’un jeu se déroule et que l’homme concède qu’il doit jouer ce jeu très sérieusement. "Suis-Je le seul?" Par exemple, il y a un homme à qui on dit qu’il doit devenir Shivaji et jouer le rôle de Shivaji. Puis, il commence à penser qu’il est vraiment Shivaji lui-même. Alors, comment lui ôter cette folie? C'est vraiment un problème parce que tout le monde pense que nous sommes ce que nous sommes, et que nous sommes les seuls! En plus, ils ne peuvent s’imaginer qu'ils pourraient être autres que ce qu'ils sont. Et quand il n’y pense pas, qui voudra en apprendre à ce sujet? Tout le monde croit que la pièce qui se joue est la vérité ultime. Si vous parlez aux enfants, les enfants considèrent le monde entier comme un jeu….
Quand les Britanniques gouvernaient ici, ils vivaient dans la grande illusion d'être des Britanniques et les autres des Indiens. Ils avaient oublié qu'ils étaient eux aussi des humains tout comme les autres et voilà une très grande vérité.
La vérité, c’est comme ceci: voici un doigt et de la même manière voilà un autre doigt, puis un troisième, un quatrième, un cinquième, ce sont les doigts d'une seule main. Mais cette main fait aussi une partie d'un seul corps. Nous sommes tous étroitement liés, c'est une grande vérité et c'est un fait réel. Mais si ce doigt pense qu’il est séparé des autres et s’il essaie de comprimer les autres, s'il essaie de les mordre, si mes dents se mettent à mordre mes jambes- c’est ce genre de choses que Je voyais dans ce monde. Je ne pouvais trouver la façon de convaincre ces gens que "Regardez vous ne faites qu’un!" Par conséquent, il était nécessaire que chacun sente que sa propre douleur pouvait être ressentie par l’autre et vice versa. Mais alors, que fallait-il faire? Car Je sentais cela et Je connaissais le problème....C'était la grande question que J'avais en tête. Par conséquent, J'ai étudié un peu la médecine pour comprendre ce qu'est un être humain. »
Shri Mataji Nirmala Devi, programme public, traduit de l’hindi, Nagpur, Maharastra, 1973
Publié par dictionnaire sahaja yoga

mardi 7 février 2017

Ne disciplinez pas trop vos enfants

« Les mères ne doivent donc pas gâter leurs enfants, mais elles ne devraient pas trop les discipliner, ni crier après leur mari, ni crier après leurs enfants. Elles devraient développer une personnalité très douce, belle, sympathique. J'ai deux filles. L’une a quarante ans, l’autre trente-huit ans. De toute ma vie, Je n'ai donné deux que tapes à la plus jeune qui était très petite, et une à l'aînée. C'est tout. Et elles se sont très bien comportées. Et même aujourd’hui, si Je dis "non" à quelque chose, cela veut dire "non". Une fois, ma plus jeune fille, quand elle a rejoint le collège, m’a dit:
-Devrais-je porter des chemisiers sans manches?
-D'accord, vas-y.
-Pourquoi n’en portes-tu pas?
-Parce que, tu vois, Je me sens timide. Pourquoi devrais-Je d'abord exposer mon corps? Et deuxièmement, il y a des chakras qui sont importants qui doivent être recouverts.
-Ce n'est donc pas un critère. Pourquoi as-tu dit: "Fais ce que tu veux? " Tu aurais dû me dire tout simplement de ne pas le faire."
Et elle avait environ dix-huit ans, ce n’était pas une petite fille.

L’autre fille, quand elle était - vous voyez, en Inde ils se sont aussi mis à parler d’adolescence. Nous n'avons pas d’adolescents en Inde, mais il y a une vie continue, n'est-ce pas? Mais ils les appellent des adolescents. Un certain âge s’appelle celui de l’adolescence. Et ils ont voulu commencer un magazine. Ils sont venus et ont interrogé ma fille et lui ont demandé - ils m’ont dit: "Vous nous laissez, on va lui poser des questions." Elle n'avait que treize ans. Ils lui ont dit:
-Tu as des petits amis?
-Non. Pourquoi devrais-je en avoir? J'ai beaucoup de copines et mes cousins sont là et nous sommes très heureux les uns avec les autres. Je ne veux pas faire confiance à quelqu'un que je ne connais pas.
-Est-ce que ta mère t’a demandé de ne pas parler aux garçons?
-Non, je peux le comprendre par moi-même. Pourquoi, ma mère toujours - si elle me dit – elle n’a pas besoin d’en parler, mais si elle me dit quelque chose, c'est pour mon bien qu'elle me le dit.
La dernière question qu'ils lui ont posée:
-Alors, tu n’as pas envie de voler de tes propres ailes?
Alors, elle a dit:
-Mais laissez-moi faire pousser mes ailes d'abord.
Et ils ont publié cela et ont dit qu'elle était la plus jeune de tous les adolescents interrogés mais la plus sage.

Donc, ce que Je dis c‘est que vous ne devriez pas gâter vos enfants. Mais vous ne devriez pas non plus les dominer ni votre mari et la famille. Ce n'est pas du tout une bonne chose pour les femmes. Ce n'est pas très agréable non plus. Personne ne va dans une maison où tout le monde se tient debout un balai en main, vous voyez, vous fuyez, personne n'aime cela.
Notre attention devrait être sur l’Esprit, sur les choses supérieures, pas sur comment tenir votre cuillère, comment prendre votre fourchette, quel est le - non, sur des choses plus élevées. Notre attention devrait être tout le temps posée sur notre Esprit car nous devons grandir. Ressentez vos vibrations d'après la photographie dans les pièces, ne jugez pas les vibrations des autres et ne soyez pas durs avec les autres.
Il n'appartient pas aux Sahaja Yogis de se parler durement les uns aux autres, non, abandonnez la bassesse, l'égoïsme, l'avarice. Le caractère de quelqu'un devrait être comme si de la lumière émanait de lui. La méchanceté, les médisances dans le dos, les commères comme le Christ disait, la critique des autres, c'est un danger pour vous et pour Sahaja Yoga.
Méditez tous les jours.
Soyez en conscience sans pensée. Une pensée vous vient, dites: "je pardonne, je pardonne, je pardonne", et grandissez. Tant que vous n’aurez pas de maturité en Sahaja Yoga, vous ne pourrez pas vraiment apprécier le goût de la béatitude divine. »
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation avec les Français, Le Raincy, Paris, 17/08/1987

Shri Mataji nous dit qu'en Inde, quand un enfant a 16 ans, il faut le traiter comme un ami et non plus comme un enfant. Ceci explique aussi pourquoi la crise d'adolescence n'était pas ressentie comme une crise. 

Photo: Le Mont Saint-Michel par Yves
Publié par dictionnaire sahaja yoga

lundi 6 février 2017

Avec Sahaja Yoga, il n'y a aucun rituel pour méditer


Shri Mataji: Quelque chose d'autre?  
Si vous avez un problème personnel, n’importe quoi, vous devez d'abord essayer quelque chose: c'est d'écrire le problème, le mettre en face de ma photographie et dire: "Mère, prenez soin de ce problème." S'il n'est pas résolu, alors vous pouvez en parler de façon informelle.

Il y a certaines choses en Inde qui pourront vous sembler un peu différentes, mais vous ne devriez pas en être choqués. Par exemple, avec Sahaja Yoga, nous devons respecter notre chasteté, les femmes doivent la respecter et les hommes doivent la respecter, parce que notre Ganesha doit être bien. Ceux qui sont venus à Sahaja Yoga seront étonnés de voir qu’après être venus à Sahaja Yoga, personne n'a eu le SIDA.
En Inde, qui est un pays si vaste, ils n'ont trouvé qu'une seule femme atteinte du sida. Alors ils ont fait des recherches plus approfondies. Ils n’ont trouvé que 12 personnes qui ont le sida, elles aussi ont été contaminées à l'étranger. C’est pourquoi ce Ganesha doit être fort en nous.
Alors, ce n’est pas une question d’inhibition comme avec l'église catholique, le sexualité ne représente rien d’autre pour Sahaja Yoga qu’une sexualité saine avec sa femme, dans une relation fidèle: ce n'est donc ni Freud ni l’église catholique.

Question: Combien de temps devrait-on méditer chaque jour pour ne pas commettre d'erreur ni tomber dans l'ego ou le super ego?
Shri Mataji: C'est une chose que vous devez vous sortir de la tête. Vous ne pouvez jamais faire d’erreurs. Votre kundalini ne se trompe pas. Ce n'est pas une question de durée. Vous voyez, c'est juste - si vous vous asseyez devant la photo et que vous ressentez une brise fraîche, disons pendant- que vous ressentez la brise fraîche pendant environ deux minutes, vous dites "namaskar" (salutations), c’est tout.
Il n'y a pas de rituel avec Sahaja Yoga.
Par exemple, certaines personnes disent: "Je ne me suis pas lavé les mains. Je n'ai pas pris de bain. Comment vais-je mettre mes mains vers la photo de Mère?" C’est votre Mère. Vous pouvez mettre vos mains devant moi à tout moment. Mais vous devez avoir du respect.

Question: Par exemple, quand nous n'avions pas de respect envers vous avant la Réalisation?
Shri Mataji: Peu importe. Non, non, cela n'a pas d'importance. Une mère est très indulgente, n'est-ce pas ? Elle est la source de tout pardon. Même après la Réalisation, certains n'ont pas de respect; pour le moment, ce n’est pas grave. Tant que vous ne me connaissez pas, l'ignorance ne doit pas être punie. Mais après m’avoir connue, après avoir vu la photo des lumières et tout le reste, après avoir donné la Réalisation à quelques personnes, si vous commencez à mal vous comporter, alors Je n’y peux rien! Rires »
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation avec les Français, Le Raincy, Paris, 17/08/1987
Publié par dictionnaire sahaja yoga

dimanche 5 février 2017

Ma tere Nirmal prem



Publié par dictionnaire sahaja yoga

samedi 4 février 2017

Comment manoeuvrer les hommes sans passer par l'ego?

« Pour corriger votre ego, la première chose à faire, c’est de ne jamais critiquer les autres. Ne vous laissez jamais irriter par les autres. Les Français sont connus pour être très irritables.
Une fois que Je suis venue avec ma voiture dont le conducteur est à droite, et le Dr Spiro me conduisait et il allait toujours sur la droite. Au moindre mouvement: Pam! Pam! Poum! Pom Pim! (Bruits de klaxons)- cela arrivait tout le temps, et ils deviennent très impatients.
Alors essayez de vous apaiser maintenant, puis soyez patients. Vous êtes Sahaja Yogis. Soyez patients, soyez patients. Mais pour les dames c'est encore pire selon mon expérience. Je l’ai vu quand les femmes essaient de dominer. En fait, une femme est comme cette Terre Mère. Et si la Terre Mère pense que ces arbres la dominent, alors que devrions-nous dire? C’est la même chose si les femmes pensent que leur mari les domine. Je dois dire qu'elles se trompent vraiment. Or, il est très facile de manœuvrer les maris.
Le mien est là, dehors. Mais si vous n'avez pas de sagesse et êtes stupides, si vous pensez qu’en dominant, qu’en disant des choses - de mauvaises choses, vous pourrez le gérer, ce n'est pas le cas. Mais pour savoir s'y prendre avec votre mari, il est important de montrer que vous êtes très docile. Et il est agréable d'être docile de cette façon, vous voyez, parce que les hommes sont très simples, ils ne sont pas compliqués. Les femmes sont compliquées parce qu'elles ne vivent pas ensemble. Vous voyez, les hommes vivent ensemble, donc ils ne sont pas compliqués. Donc vous devez savoir que tous ont un aspect général.
Tout d'abord, il faut qu’ils regardent leur montre. Rires
Ils vous emmèneront à l'aéroport une heure trop tôt. Sans se préparer, ils diront: "Il reste cinq minutes. Il reste trois minutes". Comme ça, ils martèlent le temps. C’est très commun.

Maintenant il y a un truc. Ceux-là, aussi, ces jeunes hommes, me le font. Un jour, vous savez, Warren – il était horrible – il m’amenait toujours à l'aéroport au moins trois heures en avance. Car l’avion et l'aéroport, voyez-vous, cela rend les hommes fous comme ça. L’avion – prendre l’avion – aller à l'aéroport, signifie que cela rend fous tous les hommes. Je veux dire que si on manque son avion, on manque son avion, c'est tout!
Vous pouvez prendre un bon repas sur place. Rires.
Vous pouvez parler aux gens. Vous pourriez rencontrer de nouvelles personnes, quelque chose de bon pourrait arriver. Rien de la sorte : l’avion signifie qu’on doit courir. Même s’ils sont devenus Sahaja Yogis, ils ont cette mauvaise habitude. J'ai donc dit à Warren: "Tu vois, maintenant, ne me presse pas. Alors, cette fois-ci, Je partirai quand Je devrais y aller. Pars en avance".
Une heure avant, il a pris tous les bagages, tout, est monté dans la nouvelle voiture avec quelqu'un d'autre et il sont tous partis.
Je suis une femme au foyer. Je dois faire beaucoup de choses dans la maison. C’est ce que J’ai fait agréablement. Après une heure, Je me suis mise en route dans une voiture beaucoup plus vielle, une vieille voiture, et le Dr Spiro l’a conduite. Et il a dit: "J’apprécie beaucoup maintenant, Mère. C'est si agréable, elle avance si lentement. Je peux voir le beau paysage." J'ai dit :"C’est très bien."
Nous sommes arrivés à l'aéroport: pas de Warren en vue ni bagages. Rires.
Deux Sahaja Yogis attendaient. Ils nous ont dit: "Il nous a appelés il y a une heure. Nous attendons ici depuis une heure."

Vingt minutes après, nous avons vu Shri Warren et compagnie.
-Comment êtes-vous ici?
-Pourquoi? Ai-Je dit. Je suis là. Et qu’en est-il de toi?
-Quel chemin avez-vous pris?
-Le même ! Il n'y a pas d'autre chemin.
- Mais, a-t-il dit, je n'ai jamais vu votre voiture.
-Je me suis évaporée dans l’air et dépassé ta voiture, a traversé et Je suis arrivée ici.
-Mère, vous m’avez joué un tour, je dois le dire. Vous avez dû faire.
-Non, je n'ai rien fait.

Ce que vous devez faire quand votre mari vous dispute, c’est lui donner simplement un bandhan. C’est tout. Pour une Sahaja Yogini c'est très facile. Donnez un bandhan à votre mari. Pas de problème. Il n'est pas nécessaire de le dominer. Parce que vous êtes des Gruhalakshmis, vous êtes des shaktis, et toutes les divinités vont d'abord vous aider avant d’aider votre mari. Rires.
Mais, la condition, c’est que vous soyez d’abord une Gruhalakshmi. Vous devez avoir toutes les qualités d'une Gruhalakshmi. Si vous êtes une femme dominatrice, que vous trouvez des fautes chez tout le monde, alors vous n'êtes pas une Gruhalakshmi du tout. »
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation avec les Français, Le Raincy, Paris, 17/08/1987

"No angularities" a été traduit pas "non compliqués".
Photo: https://photosazur.wordpress.com/

Publié par dictionnaire sahaja yoga

vendredi 3 février 2017

Les Français ont mal jugé Marie-Antoinette

« Je dirais que les Français ont eu tort parce que Marie-Antoinette, quoi qu'elle ait fait, elle l’a fait en tant que reine. Et Je suis allée en Russie, même les tsars ont fait de même. Dans tous les pays où la reine et le roi vivaient, ils ont fait de même. Mais elle était très créative. Si vous voyez les bons côtés de Marie-Antoinette, vous devez essayer de voir ses bons côtés, elle était quelqu’un d’extrêmement créatif. Elle a donné tant de travail aux artistes. Elle leur a donné tant d'idées. Elle a créé de beaux meubles. Elle a décoré ses palais avec de si belles choses. En fait, elle a offert beaucoup de richesses au développement de la Renaissance dans votre pays. Je veux dire, quand Je suis allée voir son palais, tout le monde m'a dit: "Oh, avez-vous vu son palais?" Je veux dire qu'il n'y a rien d'autre à montrer aux gens de nos jours si ce n’est son palais. Je veux dire, c'est l’œuvre qu'elle a faite. Quand Je suis allée le voir, J'ai vu la grandeur de cette dame.

Et Je suis sûre que quelqu'un a dû la tromper, et les gens l’ont critiquée pour rien du tout. Je ne comprends pas ce qu’il y avait à critiquer. C'était le schéma de cette époque-là. Chaque roi et chaque reine ont fait comme elle, elle n'a rien fait de pire. Elle n'a tué personne. Elle n'a rien fait de vraiment très mal.
Et si vous voyez, disons, les rois d'Angleterre – il y a eu d’horribles rois et reines: Bloody Mary (Marie Tudor), et puis nous avons cet homme qui a épousé sept femmes, et les a tuées. Les choses horribles qu'ils ont faites! Et pourtant, la royauté est toujours là. Même aujourd’hui, les dames se font coiffer comme la princesse Diana et tout le reste - Shri Mataji rit - partout dans le monde. Ils suivent ce que font le roi et la reine.
Les Britanniques ont mis leur roi et leur reine sur un piédestal. Vous voyez où qu’ils aillent, un pays aussi petit que ça, vous voyez, les gens l’appellent l’Ex-Grande-Bretagne. Mais pourtant, ils se propagent, et les Anglais sont très fiers.
Ils ne critiqueraient jamais l’autorité de leur leader, jamais. Alors que leur leader, Gavin, avait une épouse qui était folle, et Je pouvais voir que c’était un sérieux problème pour nous, personne ne disait mot. Je dirais qu'ils restaient silencieux. Et voilà comment aujourd'hui Sahaja Yoga s'est si bien développé.
Il faut aussi se rappeler que ce n'est pas de la politique, ce n'est pas un roi et une reine qui vous gouvernent, Sahaja Yoga est quelque chose de très différent. C'est votre Mère vous aime vraiment beaucoup et qui veut que vous vous éleviez de plus en plus haut pour entrer dans le royaume de Dieu.
Vous savez ce qu'est le mode de vie français, où vos enfants vont aller, ce qui va leur arriver. Pensez-y. C'est l'enfer ici, c'était l'enfer lorsque Je suis venue ici. Aucune épouse n’est en sécurité, aucun mari n'est en sécurité, tout le monde essaie de briser le système familial. Il y a tant de divorces à venir. Tout le monde boit de l’alcool, devient dépendent de la drogue et de toutes sortes de choses. Maintenant il y a le SIDA qui vient d'Amérique. Tout cela nous entoure, il y a une très grande pagaille autour de nous. Nous devons sauver nos enfants, nous devons nous sauver nous-mêmes et devenir purs. Mais avec notre façon de voir de la vie, tout ce qu'ils ont essayé a échoué. Vous pouvez le voir autour de vous, les gens croient maintenant à l'anarchie…

Or Je sais que c’est peut-être ce facteur historique, ou quoi que ce soit d’autre, ou peut-être le style des médias, la façon dont la politique se porte dans chaque pays démocratique, qui fait que nous jugeons toujours les autres.

Maintenant, le jugement ultime qui est devant nous, c’est le jugement de Dieu Tout-puissant. Nous devons nous juger nous-même. Dans le Coran, il est écrit que vos mains témoigneront contre vous. Vos pieds témoigneront contre vous au temps de Qiyamat, c'est-à-dire de la Résurrection. C'est donc cette époque-ci. Permettez à vos mains de parler et elles vous diront ce qui ne va pas chez vous. Permettez à vos pieds de parler et ils vous diront ce qui ne va pas chez vous. Vous devenez comme un miroir. Vous pouvez voir clairement ce que vous êtes, et vous pouvez aussi vous soigner, vous corriger, vous nettoyer, parce que vous avez le pouvoir de le faire. »
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation avec les Français, Le Raincy, Paris, 17/08/1987
Publié par dictionnaire sahaja yoga

jeudi 2 février 2017

Critiques à la française

« Je dois vous dire que pour moi, la France a été le pays le plus difficile pour Sahaja Yoga. Pour commencer, nous avons eu Marie qui était en charge de Sahaja Yoga en France. Et d'une façon ou d'une autre, il lui a été impossible de gérer les choses. Quand Je venais pour des conférences, il y avait beaucoup de gens, mais quand Je repartais, ils se mettaient tous à s’attaquer à elle. Ainsi, tous les trois mois, elle me téléphonait pour me dire: "Mère, venez sinon je vais abandonner Sahaja Yoga. Je ne vais pas travailler avec eux." Et à chaque fois que Je venais ici, ils me parlaient toujours en mal d’elle: "Elle est comme ci, elle est comme ça." Et à tel point que je leur ai dit: "Avez-vous un remplaçant?"
C’était une personne très généreuse. Elle a prêté sa propre maison où J’allais lorsque Je venais et restais chez elle. Et entre elle et moi, nous payons à nous deux pour la salle, pour tous les arrangements, pour la publicité. Elle payait une partie de l'argent. Bien sûr, moi aussi Je payais, mais elle payait une partie de l'argent. Mais il y avait tant de critiques que Je ne pouvais pas comprendre pourquoi, au lieu d'aller à Sahaja Yoga, d’en apprendre sur Sahaja Yoga, ils la critiquaient simplement. C'était leur activité.
Elle avait une amie. Je veux dire que c’était une vraie bonne amie pour elle qui a également commencé à mal se comporter avec elle.
Donc, la personne qui la critiquait vraiment beaucoup c’était cet homme. Donc, Je lui ai dit: "D'accord, sois le leader maintenant." bien que Marie était une personne très profonde, une vraie chercheuse et une très sincère personne, et elle était très généreuse, et elle ne m'a jamais demandé quoi que ce soit.
Mais ils lui demandaient des comptes pour la moindre chose: "Où as-tu dépensé cet argent? Qui a fait cela?" Par exemple, Je veux dire que c'était terrible, comme si c’étaient eux qui l’entretenaient, vous voyez.
Et J’en suis arrivée à la conclusion que nous devions changer de leader. Alors J’ai nommé cet homme, parce qu'il était très critique envers elle. Et puis cet homme a commencé à rester ici avec sa femme qui était indienne. Mais il était bien pire. Il a commencé à gagner de l'argent ici. Il a acheté une voiture avec l’argent, a fait toutes ces choses.
Personne ne s’est plaint de lui. Aucune plainte. Personne ne s'est plaint. Personne ne m'a dit qu'il gagnait de l'argent comme ça, rien de tel. Personne ne l’a jamais même critiqué. Son beau-père est venu ici et est resté avec lui, c'est un Indien. Il est venu me dire: "Mère, je suis vraiment choqué. Cet homme est un tricheur." Et les cinq, six personnes qui vivaient avec lui se sont unies à lui. Sa femme non plus ne savait pas quoi faire, mais elle me l'a confessé.

Je ne savais pas quoi faire. J'ai dit: "Où est Sahaja Yoga et où est cet horrible leader?" Il m'envoyait une grosse addition à chaque fois que Je venais en visite ici. Il a loué une salle qui coûtait 1000 livres par soirée. Il l’a louée pendant deux nuits et J'ai dû payer cet argent.
Mon mari en faisait une plaisanterie disant que d'autres gourous gagnent de l'argent (avec leurs disciples), ici ma femme doit envoyer de l'argent d'abord. Je lui ai dit: "Tu vois, ce n'est que pour la France. Je vais devoir gérer cela parce que Je suis inquiète pour les Français, et Je dois régler cela, alors s’il te plaît, ne t’en soucie pas." Puis, quand J'en ai parlé à cet homme, il a dit: "Je vais devoir renvoyer ma femme (chez ses parents) parce que maintenant je ne peux pas m’en occuper financièrement sans habiter dans la maison collective, sans être le leader." Je lui ai dit: "Ne me menace pas. Si tu veux la renvoyer, libre à toi. Je ne vais pas être menacée (de chantage) par ces choses."
Et dans Sahaja Yoga, rien n'est caché, rien n'est gardé secret. Mais Je ne voulais pas l'exposer ni parler en mal de lui, parce que, voyez-vous, cela n'aurait pas été une belle chose à faire, mais Je veux dire, Je n'ai pas eu peur de lui.
J'ai été surprise de la façon dont il critiquait Marie. Il avait lui-même tellement tort! J'en suis donc arrivée à la conclusion que ceux qui critiquent un bon leader, c’est que quelque chose ne va pas chez eux, et J'ai envoyé une circulaire partout disant qu'aucun leader ne devrait être critiqué, qu’il ne fallait pas essayer de trouver des fautes chez le leader, que Je pouvais m'en occuper moi-même. Et que vous feriez mieux de vous occuper de vous-même.
Alors J’ai voulu savoir pourquoi il y a tant de critiques envers les dirigeants en France. Cela n’est arrivé nulle part ailleurs comme ça. Peut-être que, vous voyez, vous avez fait la Révolution - la Révolution française, et vous avez tellement critiqué le roi et la reine et vous vous êtes libérés, soi-disant, de la reine. Peut-être que c'est l'une des raisons historiques à la base des critiques, c’est possible. Mais critiquer quelqu'un est une sorte d'éducation historique. »
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation avec les Français, Le Raincy, Paris, 17/08/1987
Publié par dictionnaire sahaja yoga

mercredi 1 février 2017

La vina est l'instrument primordial


« C'est une combinaison très, très spéciale de choses que nous avons élaborées et, si vous avez le temps, venez donc un jour à notre centre et nous vous expliquerons ce qu'est le naada (ici, le son primordial) et ce qu’il signifie et ce qu’est ce magnifique instrument qu’on appelle vina, qui est l'Instrument Primordial. Tous les instruments sont des variations et des manifestations de cet instrument, qui est le premier, le primordial, conçu en premier dans la conscience des êtres humains et c'est pourquoi il est considéré comme un instrument sacré.

Il est dans les mains de la Déesse Sarasvati, qui est la Déesse de la apprentissage (ou de la connaissance) et des Lalita kala, c'est-à-dire des cinq arts. Selon les grands visionnaires, la Déesse de l'apprentissage suggère ou symbolise une personnalité qui doit connaître la musique. Cela signifie que si une personne est érudite, alors elle doit connaître la musique. Si elle ne comprend pas la musique, elle n'est pas encore quelqu’un de parfait et de savant. Toute personne érudite doit connaître la musique. C’est ce qu’indique cet instrument entre les mains de Sarasvati.
Et il y a deux autres choses qu'elle possède: une main porte des livres car elle doit vraiment connaître les véritables Écritures, ou celui qui est un érudit doit connaître les véritables Écritures, la vérité sur les véritables Écritures. Il devrait pouvoir discerner ce qui est réel et ce qui est irréel.

Puis dans une autre main, il y a un chapelet. Cela veut dire qu’une personne qui est éduquée doit être une personne détachée. Si vous ne jouez pas de la vina avec un esprit détaché, la spontanéité est contrôlée par votre conditionnement. C'est pourquoi il est important qu'une personne soit une âme Réalisée et, quand vous êtes une âme Réalisée, la spontanéité s'écoule sans entrave, sans obstruction venant de vos conditionnements, de vos tempéraments partiaux, de vos erreurs d'identification.
Et c'est pourquoi, ce n’est qu’après la Réalisation du Soi, je vois que M. Rayat a soudainement commencé à manifester la musique si joliment et que tout fleurit si bien. Je suis désolée que les personnes de Londres n’aient pas pu venir ici l'écouter, car nous avons spécialement organisé ce programme de telle manière qu'il soit intéressant et compréhensible pour vous tous.

Peu importe, la prochaine fois, nous essayerons de faire cela encore une fois. Mais Je suis vraiment très heureuse de le voir agir magnifiquement sur votre être intérieur, sur la force intérieure de la Kundalini, sur la force de votre conscience résiduelle qui vous donne la Réalisation, au moyen de sa vina, ce qui est une chose très, très rare. Il est rare que les gens puissent le faire, et J’ai pu constater qu’il l’a fait et je l’en félicite. Et que Dieu lui donne de plus encore de compétence en cet art afin qu'il éveille la spiritualité chez les nombreuses personnes qui la recherchent. »
Shri Mataji Nirmala Devi, conversation sur Sarasvati et la vina, Kolhapur, Inde, 01/01/1983
 

La vina est une sorte de luth.
Sarasvati est la déesse de la connaissance et la maîtresse des arts. Les possessions matérielles ne l'intéressent pas. Elle s’habille d'un simple sari blanc et porte peu de bijoux. Sa monture est un grand cygne blanc. C’est Sarasvati qui crée le sanscrit et de l'écriture devanagari.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

mardi 31 janvier 2017

L'érudit est toujours extrêmement humble.



« Les personnes qui vénèrent Sarasvati doivent être détachées (des biens matériels) parce que ceux qui sont instruits, ceux qui sont des artistes, ceux qui produisent de l'art et toutes ces choses, ne sont pas tellement récompensés dans leur vie.
 Donc, s’ils sont détachés de Lakshmi, s’ils sont détachés des choses, alors ils ne créent que pour leur joie personnelle. Ils ne s’inquiètent pas de savoir combien d'argent ils vont recevoir de leur art.
Donc, les pouvoirs de Lakshmi doivent vous donner une grande connaissance, une grande intelligence intellectuelle et de vous donner une sorte de personnalité qui éclipse les autres par son éclat. Mais cela peut ne pas vous rapporter d'argent, cela peut ne pas vous rapporter beaucoup de biens, mais cela vous donnera des biens qui ne peuvent être volés, qu’on ne peut pas vous retirer.
Et comme Sarasvati est une personne pleine d'humilité, ainsi la personne instruite doit être humble. Si elle n'est pas humble, alors elle n'est pas instruite du point de vue du principe de Saraswati.

Une personne très érudite doit s’incliner du poids des fruits de ses apprentissages. Ainsi une personne érudite qui a une haute opinion d’elle-même est une personne qui n'a pas encore appris pleinement, c’est une personne manquant d’expérience. Et c'est pourquoi un égoïste ne peut pas être un homme instruit. L'homme instruit est toujours extrêmement humble. C'est le signe, parce que Sarasvati est la Puissance qui vous donne l'humilité, non l'humilité d'un homme d'affaires, mais une véritable humilité. Elle vous la donne. Il y a tellement de qualités et Je pense qu’un jour Je serai capable d'écrire à leur sujet. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Sarasvati Puja, Vancouver, Canada, 11/08/1990

Être détaché de Lakshmi signifie être détaché de l’argent.
Vidéo: Music Of Joy interprète "Raining on the rock" lors d'un programme publique à SOTA, Singapore, 2016.
Cette chanson parle du mont Uluru, symbole de Shri Ganesha qui est considéré comme un mont sacré par les autochtones qui déversent des vibrations sur la Terre Mère et ainsi sur tout l'Australie.
Aujourd'hui est un des jours considéré comme l'anniversaire de Ganesha et demain c'est celui de Sarasvati.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

lundi 30 janvier 2017

Val Borbera par le groupe Vilamba



Appréciez le mariage  magnifiques de la musique et des photos! C'est une vraie déclaration d'amour à la beauté de cette vallée si particulière.
Il est vrai que les sangliers s'y trouvent un peu trop bien et que le soir, il faut faire attention à ne pas percuter de biches, mais qui s'en plaindrait....
Cette vallée autrefois savoyarde parlait le français. La beauté de la nature préservée, sur les contreforts des Alpes, a une histoire qui fait résonner la culture de l'Italie, un peu de la France. Mais c'est surtout la culture montagnarde, faite d'accueil, de solidarité que l'on trouve chez les gens de la montagne.

15060
I saw you at Rogoredo, and asked what was wrong?
You said you felt bad, but didn’t know why
If you don’t feel good in paradise then there’s something wrong in you
15060, why don’t you come there with me?
15060, is in my dreams, I feel a certain kind of magic there
We’re living in a mystical land, or so it seems I’ve got to get there by tonight

They say that your home’s where your heart is
No matter where you may go
There’s something calling me back there
And all the people I know
If you sing this song to Mario
He’ll give you a coffee for free
15060, is where I’m longing to be

The hills of Southern Piemonte are somewhere special for me
From Cosola to Vignole, a valley fair as can be
The beauty of Val Borbera, for everybody to see
15060, where your spirit flies free

15060, is in my dreams, I feel a certain kind of magic there
We’re living in a mystical land, or so it seems
I’ve got to get there by tonight

15060
Ti ho visto a Rogoredo, ti ho chiesto: “che cosa c’è?”
Mi hai detto che non stavi bene, soffrendo di un non so che.
Chi non sta bene in paradiso non sta bene con sé
15060, perché non vieni con me?

15060, è nei miei sogni, provo un certo tipo di magia lì
Viviamo in una terra mistica, o almeno così sembra
Devo assolutamente arrivare lì stasera

Dicono che la vostra casa è dov'è il vostro cuore
Non importa dove andiate.
C'è qualcosa che mi richiama lì
E accade a tutte le persone che conosco
 Se canti questa canzone da Mario
Il caffè non dovrai pagare!

15060, è dove ho voglia di essere
Le colline del Piemonte Meridionale sono un posto speciale per me
Da Cosola a Vignole, una valle stupenda!

L’incanto della Val Borbera, è lì alla vista di tutti
15060, dove lo spirito vola libero!
15060, è nei miei sogni, provo un certo tipo di magia lì
Viviamo in una terra mistica, o almeno così sembra
Devo assolutamente arrivare lì stasera

Publié par dictionnaire sahaja yoga

dimanche 29 janvier 2017

Réveillez Vishnumaya en sortant les gens de leur léthargie

« Récemment J'ai écouté un discours de ce Billy Graham, et Je me suis dit: "C'est un type à la tête si vide, il n’y connaît rien mais fait semblant de s’y connaître." Et pourtant, les gens ont été si impressionnés! Et il y en avait un autre - Je pense qu'aujourd’hui il est derrière les barreaux. Je ne connais pas son nom, c’est un drôle d'homme. Je l’ai aussi vu, J'ai été surprise, son discours était vide, comme une coquille vide et les gens étaient tous fous de lui - des milliers se tenaient debout, chantaient, faisaient ceci ou cela.
Il faut donc comprendre que ces Américains ont besoin de chocs, et ils doivent être choqués et il faut leur dire que ceci va se produire. Il y a une autre organisation qui a développé un sorte de "système à choquer", c’est Brahma Kumari, Brahma Kumari. Vous voyez, ces Brahma Kumaris sont devenus comme des éclairs et ils disent aux gens - or ils ne disent pas: "Vous êtes détruits". Ce qu'ils disent, c’est: "Ce monde va être détruit, tout va être détruit et vous savez que vous n'êtes pas prêts pour cela. Que va-t-il se passer?"
C’est la même chose avec les Témoins de Jéhovah, ils font la même chose. Ils disent: "Ce monde va être détruit, et nous allons tous être détruits. Alors nous devrions nous préparer et nous mettre à croire en Dieu." Mais ce n'est pas la réalité.
Malgré cela, les gens vont vers eux.

Vous devez leur dire la réalité: "Non seulement vous vous détruisez, mais vous détruisez l'avenir." On dit déjà que la plupart des Américains seront détruits. Or, cela vient de diverses raisons. On peut dire qu'il n'y a pas de traditions et le reste, mais ce n'est pas le sujet, ce n'en n’est pas la raison principale. L'un des points principaux c’est qu'ils ont détruit beaucoup de personnes (les Indiens) lorsqu'ils sont venus s'installer dans ce pays. C'est une raison. Maintenant, les esprits errants de ces gens qui sont morts traînent toujours dans l’atmosphère et veillent à détruire les Américains autant que possible.
La somme de sorcellerie, la somme de techniques négatives qui œuvrent en Amérique, ne se voit nulle part ailleurs! Les faux gourous ont dû s’exiler de tous pays, mais ils sont toujours très bien installés en Amérique…
Donc, pour tous ces gens (insensibilisés), voyez-vous, la seule chose qui va les rallier c’est la Vishnumaya Shakti (Puissance Vishnumaya). Rien d'autre. Je me rends compte maintenant que c'est seulement grâce à Vishnumaya que les gens peuvent être guéris.
Donc Vishnumaya a elle-même disparu et s’est endormie, à cause des religions chrétiennes et hindouistes, de la religion catholique, parce que dans l'hindouisme il y a aussi l’idée du péché – l’idée que vous avez péché pour ceci, que vous avez commis ce péché-là. Alors, on donne autant d'argent qu’il faut au Brahmane pour être sauvé. Je veux dire que chaque religion possède ces bêtises.

Mais cette Vishnumaya Shakti qui est totalement passive et endormie chez l’être humain, vous pouvez l’éveiller et dire aux gens de sortir de leur sommeil, de leur léthargie, en les impliquant beaucoup et plus largement, en leur disant que nous sommes pour la paix, la paix du monde. Nous sommes pour l'émancipation de l'humanité, pour sauver les gens de leurs maladresses et de leur destruction. Si vous adoptez un programme plus vaste et parlez de ces choses, alors cela fonctionnera. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Sarasvati puja. Vancouver, Canada, 11/08/1990

La culpabilité est un sentiment lié à la notion de péché qui endommage le Vishudhi gauche, là où réside Shri Vishnumaya. 

La société américaine avait besoin d’un choc, c’est sans doute l’un des sens de l’élection de Trump.
Publié par dictionnaire sahaja yoga